Le marché de l’e-commerce face au coronavirus et à la crise financière.

Avec déjà plus d’une semaine que les marchés ont dévissés et que le couvre feu fut instauré en France, il est temps de faire un point sur la situation du marché de e-commerce, tant l’impact de cette crise s’annonce dores et déjà quelques peu intriguant.
Je vous propose d’analyser quelques tweets et graphiques que j’ai pu collecter au fil de la semaine et qui résument assez bien la situation économique.

Un traitement très encourageant pour traiter le covid19 existe:

Maintenant, ci-dessous, deux graphiques indiquent d’une part une crise financière d’autre part une vue sur le marché de e-commerce avec AMZ qui semble ne pas plier:

Contre 2008 qui avait atteint près de 50%, le SPX500, souvent jaugé comme “baromètre” financier a déjà baissé de 32% en tout juste un mois.
Amazon cependant semble tenir face au marché baissier


Suite à la pandémie de 2020, de profonds changements dans les habitudes des consommateurs, e-commerçants et transporteurs se sont déjà fait ressentir.
Au niveau e-commerce, on peu constater qu’Amazon a déjà augmenté son activité sur le court terme et recrute même au États-Unis près de 100000 personnes pour faire face à la demande.


La Poste (https://aide.laposte.fr/categorie/covid-19/) et d’autres transporteurs se sont adaptés pour tenter de pouvoir continuer à travailler avec plus de sécurité. La plupart des transporteurs assurent toujours le service avec souvent quelques adaptations à prendre en compte.


Le graphique précédent peut paraître rassurant pour les entreprises qui fonctionnent grâce à l’e-commerce, cependant, il faudra plus que jamais s’adapter et rester réactifs afin de ne pas rester sur la touche.

Le graphique suivant prouve assez bien que la crise à laquelle nous faisons face actuellement aura inévitablement un fort impact négatif sur la consommation, l’économie, les crédits, les affaires en entreprise, les habitudes des consommateurs sur leur manières de consommer et d’anticiper des risques qui de jour en jours paraissent d’autant plus importants:


Ce graphique indique un paradoxe flagrant qui prouve que la crise en est bien une, et que les mesures à l’échelle astronomique prises par la BCE et la FED pour tenter de faire fasse sur le terrain financier ne fait même pas broncher les marchés.

Alors, Le secteur de e-commerce pourra t’il s’en sortir sans trop de pots cassés à l’échelle de la France et des petites, moyennes ou grandes entreprises concernées?

Le tweet ci-dessous indique que beaucoup ne sont pas préparés à une crise telle que celle que nous vivons pourtant:

Comme souvent et comme pour toutes crises, ce sont ceux qui cherchent à s’adapter et qui sont préparées qui pourront tirer leur épingle du jeu.
Certains secteurs ont profité de mouvement de préparation des consommateurs sur des denrées qu’ils estiment vitales telles la nourriture, du matériel de survie, et même les métaux précieux:


Des situations assez inédites se sont vites produites dans cette crise pour ne citer que:
– Le retail s’est mis à acheter de l’or physique jusqu’à épuisement des stocks et ce avec des prix élevés contre le prix de l’or papier (source)
– LVMH s’est permis d’aider, voir partiellement remplacer l’état Français en commandant des masques FFP2 à sa place et en fabriquant du gel hydroalcoolique.
– Facebook donne des masques

Capture du 21 mars 2020 du site apmex.com, plus gros vendeur retail au monde de métaux précieux.

Le tweet ci-dessous résume que l’action du coronavirus sur les marchés à été plus agressive que lors du 9/11 et de la crise de 2008-2009 réunis:

La crise du COVID-19 est bien plus violente sur les marchés financiers tant elle frappe tous les secteurs et qu’elle provoque des réactions très réactives.
Des manques de liquidité ont souvent provoqués des chutes inédites et vertigineuses sur presque tout ce qui pouvait se vendre sur des marchés financiers depuis bientôt un mois.

Comme pour chaque crise sanitaire ou financière, il est à la fois impossible de prédire quand cela va se terminer ni à quel points marchés financiers et nombre de personnes décédés seront atteints.

La BCE et la FED ayant déjà massivement tentées d’apaiser la situation avec une multitude d’action entreprises au fil de la semaine dernière. Et ces annonces n’ayant eu pour effet que de tenter de limiter la casse sur le très court terme. On peut désormais commencer à se poser des questions quand à ce qui va se passer sur le court, moyen et long terme et cet article résume assez bien ce que la plupart des entreprises pourraient faire désormais pour s’adapter.

Au début de l’épidémie, les marchés continuaient d’aller toujours plus haut…

Les marchés ont réussis à aller plus haut en janvier et février malgré les avertissement de la chine, dès lors, on peut s’attendre à des scénarios assez inattendus sur le moyen terme au niveau financier.
Si le marché à pu surprendre à la baisse, il pourrait aussi faire l’exact inverse en corrigeant à n’importe quel moment.

Bien que cela ne soit que le début, et comme pour chaque crise il y a plusieurs stades. Force est de constater qu’actuellement : seules nos économies et santé sont menacés.
Sur l’aspect positif, aucune grande défaillances n’est encore à déplorer dans les entreprises de notre secteur, des possibilités de traitement du covid19 paraissent prometteuses, il n’y a pas de grandes tensions internationales.
C’est pourquoi continuer à développer nos entreprises au niveau du secteur de l’e-commerce parait légitime dans la mesure pour vous saurez vous adapter, profiter et vous protéger.

Il y a toujours de quoi développer les sites e-commerce, et ce d’autant plus en temps de crise.
Il est tout à fait à votre portée de vous rapprocher de vos clients tout en cherchant à développer ou maintenir vos ventes et ce, en restant éthique et en gérant les risques sanitaires liés coronavirus.

Bien des solutions existent afin de développer votre activité e-commerce pour ne citer que : faire évoluer votre choix de transporteur, ajouter des méthodes de paiement ou les faciliter, aller sur les places de marchés, alimenter vos newsletter et blogs, développer votre communauté sur les réseaux, revoir l’ergonomie de votre site, ajouter des produits pertinent qui sont plébiscités en temps de crise (comportements de consommation et crise économique de 2008) et tout en restant éthique.

Notre activité d’hébergeur fut lancé en pleine crise de 2008 (fin 2009) mais le secteur de l’e-commerce n’avait pas été tant touché lors ce cette “correction” des marchés qui avait effacé plus de 50% des profits du SPX500. La crise n’avait été “qu’une” belle correction sur les marchés et n’avait pas fait trembler Amazon ni beaucoup d’e-commerçants français qui continuaient à se développer à toute vitesse. Je parie que la plupart de nos clients en e-commerce sauront faire face à cette crise et bien entendu, nous continuerons de nous développer et de proposer des services de qualité.

Alex
Please follow and like us:

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.